-->

Monkey'z (h)K v.2.0

Bienvenue sur ce blog (hypo)khâgneux ! Vous y trouverez des Gaffiot, des Bailly, des références à Jean Pierre Richard, de la souffrance intellectuelle, de la procrastination [...] et surtout, des Khâgneux. "Des khâgneux hyperboliques, de beaux khâgneux" (le K.)





01 janvier 2011

Bienvenue sur notre blog !

Vous y trouverez le récit de notre (hypo)khâgne au lycée Henri Poincaré de Nancy, de 2006 à 2008.

Ce blog n'est plus mis à jour depuis janvier 2009 mais vous êtes encore très nombreux à le visiter. Pour me contacter - et se remémorer des souvenirs d'ancien combattant - veuillez utiliser mon profil.

Merci donc à tous les (hypo)khâgneux, anciens et futurs, bloggeurs et curieux, qui passent encore par ici, et qui me font l'honneur de m'intégrer dans leurs liens.

Ne cessez pas de raconter cette belle expérience sur la toile...



SUMUS ERGO SUMUS



Laissez un commentaire sur cet article !

04 janvier 2009

Une journée dans les pensées de Yannick à la Sorbonne (Par Baptiste)

A mon poussin.

Je veux que tous mes potes puissent s'y retrouver
Je veux pouvoir les garder près de moi
Les regarder 12 mois par an…


NTM, That’s my people.




4h30. Je me lève. Ma nuit a été longue et reposante, pas comme ces foutus soirs à l’internat de Poincaré où j’entendais pêle-mêle de la musique classiques, des bandes originales de films ou de la techno, parfois les trois à la fois. Ici, à Paris, la ville est bruyante mais mon appartement est calme. Mon colocataire bien aimé, qui a toujours envie de faire du latin, lui, n’aime pas non plus les dérangements intempestifs. Notre entente est donc parfaite. Si je me lève aussi tôt, c’est qu’il faut du temps pour prendre les 8 lignes de métro et la ligne 2 du RER qui me permettent d’atteindre la Sorbonne en moins de 2 heures de temps. C’est un peu gênant parfois, mais c’est le prix à payer pour habiter Paris à un coût presque raisonnable.

7h00. Les transports en commun étaient en grève, j’ai donc pris un Vélib pour me rendre à la Sorbonne, et pour ne pas payer, les prix à Paris étant prohibitifs, je pédale à toute vitesse d’une borne Vélib à l’autre en empruntant à chaque fois un nouveau vélo, les trente premières minutes étant gratuites. C’est un peu fatiguant, mais il faut savoir faire des sacrifices pour vivre dans la capitale. Vilains fonctionnaires… Avec un peu de chance, j’arriverai à la Sorbonne à l’heure…

8h07. Ouf, le cours d’étude des manuscrits juifs écrits en Latin dans la période impériale romaine post-Néron n’a pas encore commencé. Je ne trouve pas de place dans l’amphi qui est déjà bondé. Je suis donc obligé de m’asseoir sur les escaliers, à côté de deux normaliens qui jouent à se poser des colles en traduction directe de l’hébreu au latin. Ces gens me font peur, je n’entends rien à ce que le professeur raconte. En plus le cours est en allemand, mais ce n’est pas grave, il faut se dire que tout ceci n’est qu’un petit désagrément et qu’il faut bien en passer par là si l’on veut être pleinement parisien. Je suis fier de souffrir pour ma nouvelle ville natale, qui a vu mon accent se diluer dans le sien, cosmopolite entre tous, et entre tout.

Midi. Pour des raisons financières, je ne mange pas, le jambon-beurre à la cafétéria de la Sorbonne coûtant près de dix euros. C’est aussi pour cela que c’est si beau Paris. Ce n’est pas grave, pour oublier mon estomac vide, je contemple le Panthéon non loin et me plais à me demander si, parmi ces touristes, certains parviennent à parler grec ancien couramment. Ici, pour s’amuser, on fait du thème, après nos vingt heures de cours hebdomadaires. C’est qu’à la Sorbonne, on sait vivre, pas comme à Nancy où je devais faire du Latin tout seul dans ma chambre (au mieux) ou dans une salle (à cause de… enfin…). J’ai toujours envie de faire du Latin et ici on ne me prend pas pour un fou. C’est fabuleux…

16h. Mes cours sont terminés. J’ai deux versions de Latin à faire pour le lendemain, trois thèmes grecs et une version d’Anglais que je risque encore de majorer grâce aux précieux conseils de M. G. (la collocation…). Finalement, pour réussir son Anglais en Lettres Classiques à la Sorbonne, il suffit d’être un colocataire doué en collocation. Que c’est bon d’avoir autant de travail à faire, je pensais vraiment que cela ne serait plus possible après la prépa. Par bonheur, je me trompais…

18h. Après être rentré à l’appart, petite discussion avec mon colocataire pour convenir du menu du soir. Je passe donc à toute vitesse au Monoprix juste en face de chez moi pour acquérir deux boîtes de raviolis Buitoni à 6 euros l’unité. C’est un peu excessif, mais ce sont les excès qui font le charme de Paris.

18h10. Je mange en finissant ma deuxième version de Latin. Il y aura un peu de sauce tomate sur l’en-tête de ma copie mais la prof ne se souciera sûrement pas de ça, elle appréciera sûrement l’audace que j’ai eue en transformant un participe présent en adjectif, du moins je l’espère…

20 h. J’allume mon PC et évidemment, mon cher Baptiste connecté. Je l’appelle par l’intermédiaire de Skype. Il est en train d’écouter NTM, chose courante depuis le concert que nous avons été voir ensemble. Il n’a eu que deux heures de cours, ses autres professeurs étaient absents. Je lui explique combien Paris est merveilleuse, mais que mes photos sans lui n’ont plus la même saveur. A Paris, personne ne veut se laisser prendre en photo ; c’est un point négatif c’est vrai, de ne plus pouvoir toquer à la porte d’a côté pour y trouver un individu égocentrique à cette seule fin.

23 h. Après avoir fini cette masse de travail, j’écoute à mon tour Seine Saint Denis Style… J’ouvre un Budé négligemment posé là… Une ou deux pages de petit Latin et je me glisse sous ma couette… Ce silence, ce calme… Quelquefois, le vacarme me manquerait presque… mais c’est si beau Paris…





Une journée dans les pensées de Baptiste à Nancy II (Par Yannick)


Si les chars ne passent pas, envoyez la légion !






Il est 14h du matin, je suis allongé dans mon lit, la tête calée contre mon oreiller, ma journée d'étudiant commence : j'allume ma Nintendo DS. C'est un nouveau jeu, avec des extraterrestres et des énigmes. Mon ventre se manifeste, il faut que je passe à la petite boulangerie qui fait des croissants noix de coco ; il faudra aussi aller chez Shopi pour acheter du jus multivitaminé de grande marque _ vraiment terrible ce jus_ et des pâtes. Sacrément coriace, cet extraterrestre. Hop ! Hop, niveau suivant. C'est marrant comme jeu !

14h06. Je contemple la photo de moi que Yannick avait prise un soir à l'internat et que j'ai depuis laissée agrandir au format A 12. J'aime quand il me shoot. Je suis un peu déçu cependant, il a pris 8546 photos en (hypo)khâgne et j'apparais seulement sur 7682.

14h15. Zut, je ne suis pas sûr mais je crois que j'ai cours à 15h. On ne soupçonne pas la difficulté des cours en fac : impossible de retenir son emploi du temps quand on ne sèche jamais les mêmes cours de semaines en semaines ! Il faut vraiment que je me discipline : je dois respecter mon programme de sèchage. C'est ça, l'auto-coercition de l'étudiant.

14h22. Enfin je me souviens, c'est un CM de Littérature de la Renaissance, j'ai dû y aller une fois. C'est nul la Renaissance, on ne parle jamais de Louis Ferdinand Céline. Et de toute façon, je dois encore terminer 3 niveaux de mon jeu pour obtenir le Megadézingueur 8000. Je ne sais pas ce que c'est... mais ça m'a l'air beaucoup plus intéressant que ce truc sur la grammaire du XVIème !

15h15. J'ai préféré aller au Shopi, finalement, m'acheter des Chips. J'y retournerai peut-être plus tard pour le jus de fruit et les pâtes, je ne suis pas pressé.

15h55. J'arrive tout de même à la fac pour mon TD de Latin qui débute à 16h. Je suis bousculé par un anarchiste avec d'énormes dreads et des habits rapiécés, en train de danser au milieu du chemin au son d'une grosse radio. Les gens ne font pas attention à ce type mais me regardent bizarrement, avec hostilité et mépris : je crois qu'ils savent que je viens de prépa. En me rendant à la salle, je repousse deux syndicalistes de l'UNEF puis un militant de la LCR et enfin un stalino-colissimo-léniniste, qui me proposaient tous de faire grève. A Nancy, il faut dire que l'UE Libre « Grève et manifestation » est très populaire.

16h45. Le cours est déjà terminé. C'est vraiment difficile la fac : je dispose de bien trop de temps pour réfléchir à ce que je ne vais pas faire.

16h46. Les autres ex-khâgneux échoués avec moi en fac m'invectivent parce que je ne fais rien. Eux, ils prétendent garder le même rythme qu'en prépa ! Eh, quoi ?! Moi aussi ! Je me dépasse tous les jours pour faire encore moins qu'en (hypo)khâgne !

22h45. Je repère sur eBay un original des carnets de cuisine appartenant à la grande-tante de Louis Ferdinand Céline, où il avait passé 2 jours en 1923. C'est un peu cher, mais « c'est un bel objet ». Ce document pourrait m'aider à trouver un sujet de mémoire sur mon auteur préféré. Mais sûrement qu'un travail du type «dans l'assiette de Louis Ferdinand Céline» a déjà été réalisé...

22h57. Je m'embête un peu depuis que j'habite tout seul et que je n'ai plus mon voisin préféré. Pourquoi vouloir partir à Paris ? On est très bien à Nancy ! Il s'y passe toujours quelque chose. D'ailleurs, il faut que je dise à Yannick qu'une pizzeria a ouvert à 30m de chez moi et qu'elle livre gratuitement. Je me demande si je préfère le chorizo ou la mozzarella. Pourquoi ne pas commander les deux ? Les journées d'un étudiant sont bien plus éprouvantes qu'il n'y paraît. On croit que la fac après la prépa c'est la plage et en fait...

23h16. Ah ! Je regrette la khâgne ! Si j'avais su, j'aurais khûbé !

23h17. Ah ! Qu'est ce qu'on peut en dire comme conneries quand on aime pas la fac...

23h49. Le Roy débarque chez moi, il a encore une dissert de philo à finir pour le lendemain. D'ailleurs, « finir » n'est pas le mot juste. Car après tout, il y a certaines choses qui ne changeront jamais, vous connaissez l'histoire ! Yannick m'appelle : je crois qu'à cette heure il serait mieux à Nancy en train de manger des boulettes de viande à la sauce tomate avec nous. Mais non ! Il a voulu plancher sur les versions de langues anciennes de la Sorbonne ! Et en plus, il vit à Paris ! J'ai bien regardé les émissions d'information de TF1, et apparemment, le XVème arrondissement, c'est la jungle. Il y a des prostituées, des interpellations, et des manifestations à tous les coins de rue !

0h14. Nous sommes concentrés sur le sujet de la dissert'...

0h15..... malheureusement pour lui Puissance Catch vient de débuter. Je propose donc la problématique suivante : ou bien Stone Cold Steve Austin va l'emporter sur Chris Jericho ou bien le prochain Pepper View sera tout à l'avantage de Shawn Michael. Dans tous les cas, Platon et Jean-Paul passent par dessus la troisième corde... Je suis tout de même content de ne plus être en prépa : maintenant, au moins, j'ai tout loisir de me cultiver. Le Roy a bien du courage d'envisager de rendre ces disserts ! Le prof de philo de khâgne est vraiment bizarre en plus : il ne veut pas d'attaque, juste des copies ch...

0h47. Mine de rien, cette journée bien remplie était épuisante. Le Roy est du même avis et décide de rester dormir chez moi. Je me demande quels croissants nous irons chercher demain matin : les noix de coco ou les triples choco orange ? Il a presque de la chance d'être en prépa, il ne se rend pas compte combien la fac, c'est fatiguant...
Visitez aussi les archives de Monkey'z HK :